Young Frances

Je suis tombé sur ce livre en parcourant une liste des meilleures BD et j’ai craqué sur les dessins – la ligne claire, mon point faible. Ici elle est pure et moderne, dépourvue de couleur, ce qui est très bien puisqu’elle se suffit à elle-même. Les deux personnages féminins colocataires m’ont immédiatement fait penser à Strangers in Paradise. Les dessins, même s’ils ne sont pas comparables, ne sont pas étrangers à cette association de pensées.

L’histoire n’a rien à voir puisqu’il s’agit surtout de celle de Frances qui est une jeune fille qui débute sa vie professionnelle dans une cabinet d’avocat et qui voit sa carrière pendre un tour surprenant. C’est avant tout un roman graphique sur le travail, enfin sur le monde du travail qui peut s’avérer tour à tour cruel ou captivant. Au sein de cet univers confiné les relations avec les autres sont totalement différentes que dans la vie réelle. Les jalousies, les tensions, les pressions et les réactions sont exacerbées. Les employés jouent un rôle et pour ce faire portent un masque plus ou moins lourd. La pression psychologique est forte et difficile à assumer surtout lorsque l’on débute et que l’on réussi. Un point particulier sur les dessins qui sont très réalistes – et encore une fois magnifiques – sauf lorsqu’il s’agit de représenter les deux patrons. Peut-être est-ce une façon de leur conférer le statut de dieux qu’ils ont acquis au sein de cet univers hors du mon réel qu’est l’entreprise ? Une très bonne découverte que ce premier livre d’un auteur à suivre, Hartley Lin. J’ai lu la version originale qui a depuis été traduite sous le titre Ce que font les gens normaux.


Hartley Lin, Young Frances, 01 éd., AdHouse Books, 2018, 144 p, Amazon.