Nimona

Nimona est le prénom du personnage principal de cette BD. Ce prénom – pas très courant il me semble – est celui d’une jeune fille au caractère bien trempé. Et lorsqu’elle s’énerve ça fait vite des étincelles puisqu’elle a la particularité d’être une métamorphe – là on n’est pas bien plus avancés alors voici une courte définition.

Le métamorphe est généralement un être ayant la capacité de modifier son apparence physique. La métamorphose est un thème courant depuis l’antiquité dans de nombreuses mythologies, religions, folklores, ainsi que dans la culture populaire moderne telle que la science-fiction et la fantasy.

Wikipedia

Chez elle, cette aptitude lui permet de prendre instantanément la forme de tout être vivant qu’il soit réel (un rhinocéros par exemple) ou imaginaire (un dragon) – on voit tout de suite par le choix de mes exemples que ça peut vite faire des dégâts. C’est quand même la grande classe et un sacré avantage surtout lorsque l’on évolue dans un monde de fantasy où les batailles sont légions. En fait pour être un peu plus précis, ce n’est pas un monde de fantasy conventionnel, mais plutôt un hybride entre fantasy et science-fiction. Quelque chose d’assez inédit qui fonctionne bien sur le plan du récit et sur celui de l’esthétique. Noelle Stevenson – qui ressemble un brin à Nimona – a eu la bonne idée d’entrecroiser les classiques, la rivalité entre deux chevaliers anciens rivaux ou la lutte contre un pouvoir autoritaire, avec différents éléments modernes et originaux empruntés aussi bien à la fantasy qu’à la science-fiction. Ce qui plaît certainement aussi c’est le caractère impulsif et volcanique de l’héroïne et le mystère qui entoure son implication dans ces luttes.

A l’origine il s’agissait d’une série publiée sur le Web qui, forte de son succès, a été éditée. Cette parution que j’imagine sous forme d’un feuilleton, les planches étant mises en ligne au fur et à mesure, transparaît fortement lors de la lecture du livre qui apparaît moins fluide qu’elle n’aurait pu l’être. Depuis Nimona rencontre un véritable succès d’estime, qui complète le plébiscite des internautes, et c’est d’ailleurs après l’avoir vu affichée en bonne place dans une sélection de bandes dessinées que je l’ai emprunté à la bibliothèque. Sans aller jusqu’à la placer dans mon panthéon, j’ai apprécié cette lecture.


Noelle Stevenson, Nimona, HarperTeen, 2015, 272 p, Amazon.