Pour commencer cette année, je conseille la série Donjon Parade. C’est une petite merveille, un concentré de bonne humeur. Elle se déroule pendant la période qui est pour moi la meilleure de la série Donjon, c’est-à-dire son apogée, le fameux Zénith – plus précisément entre les deux premiers tomes de Donjon Zénith. Ceux qui ne connaissent pas cet univers ne doivent rien comprendre, mais ce n’est pas grave, il n’est pas nécessaire de connaître pour apprécier pleinement ces aventures humoristiques. D’ailleurs, le premier tome plante assez bien le décor en expliquant les grands principes du Donjon au travers de l’échange entre le maître du Donjon et un jeune stagiaire, Morvinet.

Magiciens, chevaliers, barbares chaque visiteur doit y trouver une quête héroïque conforme à ses exigences. […] Parfois, on en laisse sortir un vivant avec un joli trésor pour qu’il aille raconter à tout le monde qu’ici on peut gagner. Ça entre entre dans notre budget publicitaire.

Derrière ces petites histoires qui n’ont l’air de rien, on trouve tout de même trois des plus grands auteurs de bande dessinées de ces dernières années, Sfar et Trondheim au scénario et Larcenet au dessin – c’est pas trop mal quand même. Ce sont des volumes assez courts, moins d’une quarantaine de pages, qui relatent chacun une petite aventure. Je ne vais pas dire que c’est tout le temps à se tordre de rire, mais c’est très plaisant et on passe un bon moment de détente à lire ces aventures colorées, on retrouve un peu les BD de l’enfance lues et relues sans se lasser. Je dois être à ma troisième lecture et ce ne sera certainement pas la dernière, je les retrouverai avec plaisir.


Joann Sfar, Lewis Trondheim et Manu Larcenet, Donjon Parade, Delcourt, coll.  »Humour de rire », 2004, 34 p, Amazon.