Mars la rouge

SF & Fantasy


Mars la rouge est le premier tome de la trilogie qu’a consacré Kim Stanley Robinson à la colonisation de la planète Mars. Soyons clair, il s’agit d’une référence dans le domaine et peut-être même une référence de la science-fiction tout court. Cette trilogie est en tout cas un pilier de la branche hard science du genre et c’est ce qui frappe en premier lorsque l’on lit ce livre. D’ailleurs, il ressemble plus à un documentaire qu’à un roman de science-fiction. Il me fait un peu penser à ces émissions mi-documentaire, mi-fiction qui passent sur Arte. Le romanesque est réduit à sa portion congrue, quelques personnages, quelques histoires entre eux, mais vraiment pas grand chose à se mettre sous la dent. Non, l’intérêt du livre est ailleurs, dans la fabuleuse aventure humaine et technologique qu’il se propose de nous raconter. J’allais dire retracer, j’ai tendance à parler comme si ce qu’il nous raconte avait réellement eu lieu tant tout est réaliste, expliqué et argumenté – cette impression de réalité vient aussi peut-être tout simplement du fait que l’heure de cette colonisation se rapproche à grand pas tant les agences spatiales semblent s’y préparer. La capacité de Robinson à maîtriser l’ensemble de ce vaste sujet est impressionnante. Le plus fort est qu’il n’embrasse pas que le domaine scientifique pur, mais s’intéresse également, et entre autres, à la psychologie – j’adore la description des différentes personnalités avec les oppositions labile / stabile et introverti / extraverti –, à l’économie et à la politique.

Ce réalisme, ce souci du détail et de cohérence sont les gros points forts de ce livre, mais il sont aussi ses principaux points faibles car l’exhaustivité clinique avec laquelle il aborde son sujet laissera plus d’un lecteur sur le bord du chemin. Ceux qui feront preuve d’abnégation ne seront pas déçus car ce roman raconte plus que la colonisation d’une nouvelle planète, il imagine la naissance d’une nouvelle civilisation. Bien qu’écrit il y a près de 30 ans, sa façon d’aborder le problème de l’écologie, devenu si prégnant depuis, n’en reste pas moins très pertinente.

On va rendre cet endroit habitable. Avec des routes, des villes. Un nouveau ciel, un nouveau sol. Jusqu’à ce qu’il ressemble à la Sibérie ou aux territoires du Nord-Ouest. Fini Mars, et nous nous demanderons alors pourquoi nous éprouvons ce sentiment de vide. Pourquoi, en contemplant le paysage, nous ne voyons que nos visages.


Robinson, Kim Stanley. Mars la rouge. Traduit par Michel Demuth et Dominique Haas, Pocket, 2003.