Comic

Star Wars T1

BD
C’est l’évènement de ce début d’année à la fois pour les fans de Star Wars et pour les lecteur de comics. Une nouvelle série de la saga sort chez Marvel aux Etats-Unis en ce mois de janvier. Et on peut d’ores et déjà dire que le succès est au rendez-vous – j’imagine la pression qu’ont dû avoir les deux auteurs Jason Aaron (auteur) et John Cassaday (dessinateur). Plus d’un million d’exemplaires ont été écoulés, soit la meilleure vente depuis 21 ans et le Batman #500 (source).

The Goon T1

BD
Si vous n’êtes pas allergique aux zombies, à l’humour de bistrot, aux gangsters et à une bonne dose de violence gratuite, vous pouvez continuer la lecture de ce billet. Le Goon est une brute épaisse, une sorte de Hellboy chef de gang – le démon rouge fait d’ailleurs une apparition dans le tome 3 de la série. C’est donc un gangster tenant en respect une partie de sa ville. Il n’est pas du genre à se répendre en parole, il préfère de loin distribuer des bonnes dérouillées.

Swap

Ce livre est celui d’un anti-héros prénommé Harvey. Il est le propriétaire d’un magasin de bande dessinées, aime beaucoup la bière et est donc un peu bedonnant. Il passe le plus clair de son temps à soupirer et à se lamenter – il me fait un peu penser au vendeur de comics avec catogan des Simpson. La principale cause de ses lamentations est un cuisant souvenir d’enfance. N’allez pas croire qu’il était la tête de turc de son école, non, bien au contraire, il faisait partie à l’époque – puisque ce n’est plus trop le cas désormais – du clan des branchés.

Le complot

BD
Le pape de la BD outre atlantique a décidé de mettre son art au service de la bonne cause. Son but est de dénoncer l’odieux complot visant à attiser la haine envers le peuple Juif. Ce complot est basé sur la rédaction et la publication d’un document antisémite: Les Protocoles des Sages de Sion. Will Eisner nous raconte l’histoire de la création de ce document et s’interroge sur la façon dont ce pamphlet, si grossièrement fabriqué, a pu trouver et trouve encore aujourd’hui une audience auprès des plus crédules.